Je fais un don

    #LookingForEmmanuel : AIDES recherche un Emmanuel pour mettre fin au sida

    • Campagne
    AIDES, dans sa nouvelle campagne, lance un appel à un certain Emmanuel... En vue de la Conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme le 10 octobre prochain à Lyon, AIDES appelle les Français-es à se mobiliser pour trouver cette personne et lui faire part d’un message : la fin du sida dans le monde est entre ses mains !

    Une campagne refusée à l’affichage... que vous verrez partout !

    Cette campagne se compose de 11 visuels aux couleurs néons composés du portrait d’un homme, masqué par l’avis de recherche. Chaque visuel reprend une des caractéristiques requises pour être candidat au poste de ”l’Emmanuel qui mettra fin au sida“.
    La diffusion de cette campagne d’intérêt public était initialement prévue dans les transports et dans l’espace public à Paris et dans de nombreuses villes de France mais... l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP) n’a pas jugé souhaitable de nous laisser relayer cet avis de recherche pourtant déterminant dans la mobilisation citoyenne.
    Grâce à l’affichage libre, vous verrez la campagne sur les murs de Bordeaux, Lyon, Marseille, Lille, Nantes, Strasbourg et Paris du 15 au 22 mai. Et surtout, elle sera partout sur les réseaux sociaux. Twitter, Facebook, Instagram mais aussi LinkedIn... Communiqué de presse A Pantin, le 15 mai 2019

    Nous déployons tous les moyens pour trouver ce fameux Emmanuel :
    Pour en savoir plus : rendez-vous sur le site dédié je-connais-un-emmanuel.com
    Vous y trouverez l’ensemble des visuels téléchargeables.
    Une offre d’emploi de Responsable de la fin du sida est disponible sur LinkedIn et dans l’espace recrutement aides.org

    Mais pourquoi cet avis de recherche ?

    Une personne meurt toujours du sida toutes les deux minutes dans le monde. Tous les trois ans, le Fonds mondial organise la reconstitution de ses ressources pour le cycle suivant, ressources qui proviennent des contributions volontaires des États et des donateurs privés. Les discussions entre les grandes puissances ont commencé pour décider du montant qu’elles attribueront au Fonds mondial. Le point d’orgue de ces négociations sera la Conférence de reconstitution qui se tiendra pour la première fois en France, à Lyon, le 10 octobre. En tant qu’hôte de cet événement, il appartient au Président de la République de mobiliser ses homologues étrangers-es pour les inciter à augmenter leur contribution et faire de cette conférence l’événement qui actera la fin du sida. Le risque en cas de contribution en-dessous des attentes ? Une reprise des épidémies qui condamnerait encore des millions de personnes.
    Il est plus que temps d’en finir avec cette épidémie qui a déjà fait plus de 35 millions de morts. Investissons maintenant ! Plus nous attendrons, plus le montant nécessaire pour mettre fin à l’épidémie de VIH sera important.

    Nous sommes nombreux-euses à appeler Emmanuel Macron à accélérer la riposte

    Le Conseil national du sida1 a publié début mai un avis comprenant des pistes d’amélioration pour la lutte contre le sida. Parmi elles figure la nécessité de mobiliser des ressources supplémentaires pour la lutte contre le VIH/sida.
    Nous avons également interrogé les Français-es dans une enquête menée avec l’institut CSA et ils-elles sont formels-les : 95 % estiment que la lutte contre l’épidémie de sida doit être un objectif important de santé mondiale pour le gouvernement français. Plus de la moitié (54 %) pensent même qu’il doit s’agir d’un objectif prioritaire.
    Experts-es, société civile et citoyens-nes le disent de concert : il est urgent d’accroître les financements maintenant pour pouvoir espérer éradiquer le sida d’ici 2030 la lutte contre le sida pour y mettre fin. AIDES appelle donc dès main- tenant à une mobilisation générale pour que les Etats, sous l’impulsion de la France, fassent preuve collectivement d’une volonté politique à la hauteur de l’enjeu.


    CONTACTS PRESSE

    Elody Croullebois

    01 77 93 97 65 / 06 98 68 01 68

    Anne-Charlotte Chéron

    06 10 41 23 86


    À PROPOS DE AIDES

    Créée en 1984, AIDES est la première association de lutte contre le sida et les hépatites en France et en Europe. Elle est reconnue d’utilité publique et labellisée « don en confiance » par le Comité de la Charte. AIDES agit depuis 30 ans avec et auprès des populations les plus vulnérables au VIH/sida et aux hépatites pour réduire les nouvelles contaminations et accompagner les personnes touchées vers le soin et dans la défense de leurs droits. Plus globalement, l’association joue un rôle majeur dans l’amélioration de la prise en compte des malades dans le système de santé en France, l’évolution des droits des personnes vulnérables et la lutte contre les discriminations.

    Ses principes : respect, indépendance, confidentialité et non-jugement.

    1 Conseil national du sida et des hépatites virales (18/04/19) - Améliorer la riposte contre la pandémie de VIH dans le cadre dynamique de la santé mondiale.