AIDES salue des avancées sur l'offre de santé sexuelle et l'accès aux droits des populations vulnérables

Nouveau rapport d'experts VIH

25 Septembre 2013

Nous attendions beaucoup du nouveau rapport d'experts sur la prise en charge des personnes séropositives et nous en sommes globalement satisfaits. Rédigé sous les auspices d'un nouveau directeur - le Pr Morlat -, bénéficiant de la participation de AIDES et du TRT-5, il marque de nets progrès sur l'offre de prévention et de santé sexuelle et l'accès aux droits des populations vulnérables.

Ses points forts : tout d'abord, le groupe d'experts recommande la mise en place d'une offre de santé sexuelle, revendication de longue date de AIDES. De même, il souligne l'importance du dépistage ciblé des populations les plus vulnérables, qui doit associer « au besoin » celui des hépatites. Selon Bruno Spire, président de AIDES : « C'est un satisfecit pour AIDES qui voit ainsi reconnue l'efficacité de ses actions de dépistage rapide mais aussi une invitation claire à l'adresse de l'Etat : celui-ci doit aller plus loin, tant sur l'étendue des dispositifs - autoriser le dépistage rapide des hépatites, la mise à disposition des auto-tests et soutenir la mise en place d'une offre de santé sexuelle - que celui, bien sûr, de leurs financements, insuffisants aujourd'hui, et d'autant moins garantis à l'avenir... »  Dépistage ciblé, mais aussi importance d'une prévention ciblée à l'égard des différents publics nécessitant des « messages clairs et adaptés ». Pour les personnes homosexuelles, le groupe d'experts recommande que la Prep (traitement préventif contre le VIH) puisse être prescrite aux hommes qui le souhaitent, ainsi que la mise en place de programmes-pilotes en lien étroit avec les mondes médicaux et associatifs (1).

De manière générale, l'approche globale de santé ne s'arrête pas à la prévention ou à la prise en charge médicale, elle intègre pleinement l'accès aux droits des populations vulnérables. Comment les personnes peuvent-elles se soigner si leurs droits fondamentaux sont niés ? Qu'il s'agisse de l'accès aux soins des étrangers malades, de la simplification du parcours des trans dans le changement d'état civil ou de « la meilleure prise en compte des questions de santé et de droits des travailleurs du sexe », le rapport se reporte à des recommandations antérieures qui tardent à être appliquées en raison des hésitations des pouvoirs publics. Fruit du long combat du TRT-5 et de AIDES, des avancées sont aussi notées concernant les usagers de drogues : le rapport souhaite la mise à disposition du matériel stérile en prison et des salles de consommation, des dispositifs essentiels pour réduire la transmission du VIH et du virus de l'hépatite C. Enfin, le groupe d'experts rappelle le rôle central des associations dans le parcours de santé de ces populations précaires et recommande que soit garanti un « cadre favorisant la pérennité de leurs actions ». AIDES attend là encore que les pouvoirs publics traduisent toutes ces recommandations en actes.

Dernière innovation :  la proposition de traitement à toutes les personnes séropositives. Une avancée qui prend acte des bénéfices thérapeutiques personnels de la mise sous traitement le plus tôt possible et de son apport crucial dans la stratégie de fin de l'épidémie. Des regrets sont cependant à noter : aucune mention du cannabis thérapeutique et du prélévement coopératif (possibilité pour les personnes affectées par un capital veineux dégradé de participer activement aux prises de sang). Le bilan de ce nouveau rapport d'experts est donc globalement positif ; nous demandons son actualisation dans deux ans.

(1) : Par ailleurs, l'Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS) mène actuellement un essai randomisé, Ipergay, en partenariat avec AIDES pour évaluer les effets d'une offre de prévention basée sur  une offre de Prep différente dite « intermittente ». 





Contact

Tony Fortin - 01 77 93 97 00 / 06 28 59 23 44 - tfortin@aides.org

Antoine Henry - 01 41 83 46 53 / 06 10 41 23 86 - ahenry@aides.org