Prophylaxie pré-exposition (PREP)

Prévention

La PREP, c’est quoi ?
La Prep est la prise de médicament anti-VIH par des séronégatifs dans un but préventif. Autorisée aux Etats-Unis en juillet 2012, cette méthode n’est pas validée en France pour l’instant.

De quoi s'agît-il ?
La Prep  (prophylaxie pré-exposition) est une méthode médicale connue qui consiste à donner les traitements d’une maladie dans un but  préventif : c’est  le cas par exemple des traitements contre le paludisme. Dans le cas du VIH, il s’agit, en bloquant le cycle de multiplication du virus, d’empêcher qu’il infecte l’organisme.

Aux Etats-Unis, un seul médicament a été autorisé
: le Truvada (ténofovir + emtricitabine), un médicament anti-VIH courant. En l’état des connaissances, il faut l’utiliser tous les jours pour obtenir un effet préventif satisfaisant. Les données actuellement disponibles montrent en effet que l’efficacité préventive est d’environ 90 % si le médicament est détectable dans le sang. L’efficacité baisse rapidement si on ne le prend pas correctement.

En France, cette indication n'est pas validée
Face à l’urgence de l’épidémie, AIDES a demandé aux autorités sanitaires une recommandation temporaire d’utilisation, souhaitant sa prescription dans les meilleures conditions possibles (encadrement, sécurité), sa prise en charge financière,  et l’évaluation  du dispositif. La Prep n’est pas une pilule préventive magique, et doit idéalement s’intégrer dans le dispositif  de prévention  combinée, c’est-à-dire associant un dépistage régulier du VIH, le dépistage et le traite- ment des IST et l’usage des préservatifs en fonction de l’évaluation des risques.

Au sein des couples sérodifférents
Les  experts français estiment que la Prep n’a pas de bénéfice démontré si le partenaire séropositif reçoit un traitement efficace, dont l’effet préventif est suffisant en lui-même. En revanche, le partenaire séronégatif peut attendre un bénéfice de la Prep dans les cas où il a des rapports extra-conjugaux, ou si son partenaire séropositif n’est pas traité efficacement.

Vers une Prep de 2e génération
D’autres stratégies de Prep sont en cours d’évaluation, notamment en France (avec l'essai IPERGAY) la prise “ à la demande ”, quelques heures avant  et après les rapports sexuels. 

IPERGAY, qui évalue donc le Truvada contre placebo, concernera à terme 1900 participants sur une durée de 3 ans, en France et au Québec. En France, c’est AIDES qui assure l’accompagnement préventif des participants. 
D’autres études visent à savoir si une prise 1 fois, 2 fois ou 4 fois par semaine pourrait permettre  une protection. Ces stratégies ne sont pas validées. D’autres essais concernent d’autres ARV, notamment le maraviroc, associé ou non au ténofovir. De nombreux autres disposi- tifs de prévention contenant des ARV sont en  cours  d’évaluation :  notamment  des gels préventifs à base d’ARV pour usage vaginal ou rectal,  des anneaux vaginaux mensuels  ” deux-en-un “ contenant   des ARV et des contraceptifs…  Autant  d’espoirs pour un futur lointain.

 

Délivrer les outils préventifs à ceux qui en ont besoin. Fin 2012, face à l’urgence de l’épidémie, AIDES a demandé, un accès rapidement effectif à une stratégie de Prep basée sur l’utilisation du Truvada en prise quotidienne (lire notre article : "Prep : Les personnes ont le droit de choisir"). Cette décision s’inscrit dans l’engagement constant de AIDES pour la mise à disposition de nouveaux outils de prévention pour tous ceux qui en ont besoin. Elle s’appuie également sur deux avis remis à la ministre de la santé. celui du Conseil national du sida qui estime la stratégie de Prep intéressante pour les personnes “ en situation personnelle de forte exposition au vih et de difficulté de prévention ”. Celui du rapport du groupe d’experts français sur le vih, qui, au regard des données disponibles en février 2012, se disait favorable à l’utilisation du Truvada en prise quotidienne. L’Organisation mondiale de la santé recommande, elle aussi, le développement de programmes expérimentaux de délivrance de Prep dans le monde.