Lexique
A B C D E F G H I K L M N O P R S T U V W

A
AAD
AIDE A DOMICILE

AAH   
ALLOCATION AUX ADULTES HANDICAPÉS
Allocation versée par la Caisse d’Allocations Familiales, sous conditions de ressources, aux personnes reconnues handicapées par la MDPH(Maison départementale des personnes handicapées).

ACT
APPARTEMENT DE COORDINATION THÉRAPEUTIQUE
(Cf. annuaire des ACT diffusé par la Fédération Nationale des Hébergements VIH/ FNH-VIH).

ACTIONS TRAITEMENTS   
Association de lutte contre le sida
Actions Traitement édite la revue Info Traitement, ainsi que des fiches d’information très synthétiques sur chaque médicament anti-VIH.
www.actions-traitements.org

ACT UP PARIS
Association de lutte contre le sida
Act Up édite différents documents d’information, notamment la revue Protocoles (qui présente les essais thérapeutiques)
www.actupparis.org

AFSSaPS
AGENCE FRANÇAISE DE SÉCURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTÉ
L’AFSSaPS est une agence publique chargée du contrôle des médicaments (efficacité, sécurité, effets indésirables, etc.) Elle décide notamment des autorisations de mise sur le marché (AMM), ainsi que de la mise à disposition précoce des médicaments, dans le cadre d’ATU (autorisation temporaire d’utilisation) (voir ce terme).
www.afssaps.sante.fr

AGEFIPH
ASSOCIATION REGIONALE DE GESTION DU FONDS POUR L’INSERTION PROFESSIONNELLE DES PERSONNES HANDICAPEES. (Voir les délégations régionales http://www.agefiph.fr/).

AIDES (siège national)
Association de lutte contre le sida
14, rue Scandicci
93508 PANTIN CEDEX
N° National : 0820 160 120
Tél. : 01 41 83 46 46
Fax : 01 41 83 46 09
www.aides.org

AIDS
Sida en anglais (ACQUIRED IMMUNO-DEFICIENCY SYNDROME). Voir SIDA

ALD
AFFECTION DE LONGUE DUREE
Maladie qui a été reconnue comme nécessitant un traitement prolongé et particulièrement coûteux et pour laquelle une prise en charge à 100% (c’est-à-dire une exonération du ticket modérateur) est accordée par l’assurance maladie. L’infection par le VIH, les hépatites virales chroniques, sont des ALD.

AMM
AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ
Autorisation de commercialisation d’un médicament, délivrée par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSaPS) au vu des résultats d’essais thérapeutiques ayant permis d’évaluer l’efficacité et la toxicité du produit. Depuis le 1er janvier 1995, des AMM européennes, applicables dans l’ensemble des pays de l’Union, sont délivrées par l’EMEA, l’Agence européenne du médicament.

ANRS   
AGENCE NATIONALE DE RECHERCHE SUR LE SIDA
L’ANRS a pour mission de financer, d’évaluer, de stimuler et de coordonner les travaux de recherche sur l’infection par le VIH et les hépatites virales B et C en France ou en collaboration avec d’autres pays.
www.anrs.fr

ANTIGENEMIE P24
Taux d’antigène p24 dans le sang. L’antigène p24 est une protéine du VIH. Actuellement, le dosage (dans le sang) de l’antigène p24 est utilisé pour permettre un dépistage précoce de l’infection par le VIH (moins de trois mois après la prise de risque). Cependant, avoir un antigène p24 négatif ne signifie pas qu’on n’est pas contaminé : il faut de toute façon faire le test classique, après trois mois.

ANTIRÉTROVIRAL
Médicament destiné à contrôler la multiplication du VIH dans l’organisme (on parle de médicaments anti-VIH).

ARCAT
ASSOCIATION DE RECHERCHE, DE COMMUNICATION ET D’ACTION POUR L’ACCÈS AUX TRAITEMENTS
Association de lutte contre le sida
www.arcat-sida.org

ASUD
AUTO SUPPORT USAGERS DE DROGUE.
ASUD édite ASUD journal
www.asud.org

ASYMPTOMATIQUE
Adjectif utilisé pour désigner les personnes séropositives n’ayant pas de manifestation apparente de l’infection à VIH.

ATU   
AUTORISATION TEMPORAIRE D’UTILISATION
Elle permet aux malades d’avoir accès aux médicaments avant ou hors AMM. Une ATU, dite de cohorte, doit être demandée par le laboratoire pharmaceutique ; une ATU, dite nominative, doit être demandée par le médecin hospitalier. Dans tous les cas, c’est le laboratoire pharmaceutique qui choisit de délivrer (ou non) le médicament à titre gratuit ou onéreux.

indicateur haut de page

 

BILAN SANGUIN
Dès la découverte de la séropositivité, un suivi médical (observation des signes cliniques et biologiques) est mis en place. Il s’agit, d’un ensemble d’analyses qui comprend le taux de CD4, la mesure de la charge virale (CV), les examens qui permettent de suivre l’état du foie, des reins, le cholestérol... La liste est en lien avec la situation de chaque personne (démarrage de traitement, co-infection, maladies associées, etc.). Le bilan se fait régulièrement (tous les 3 à 6 mois, plus souvent au début) pour juger de l’efficacité d’un traitement, veiller à l’éventuelle survenue de problèmes de santé. Pas de panique, vous ne serez pas tous les 15 jours à l’hôpital.

 

indicateur haut de page

B
B.E.H.  
 
BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE
Il est produit par l’Institut de Veille Sanitaire (lnVS). Les statistiques concernant les maladies infectieuses (notamment l’infection par le VIH) y sont publiées et commentées.
http://www.invs.sante.fr/fr/Publications-et-outils/BEH-Bulletin-epidemio...

indicateur haut de page

C
CAARUD
Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour les usagers de drogues (et personnes substituées)

CCPPRB
COMITE DE CONSULTATION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES SE PRETANT A LA RECHERCHE BIOMEDICALE
Comité émettant un avis chaque fois qu’un essai thérapeutique est mis en place, en vue de ne pas nuire aux patients participant à l’essai, soit sur le plan éthique, soit sur le plan médical. Le fonction des CCPPRB sera revu en octobre 2003 par une loi modifiant les dispositions encadrant la recherche clinique en France

CD4 ou T4
Les lymphocytes CD4 sont en quelque sorte les chefs d’orchestre du système immunitaire: ils coordonnent sa réponse contre les microbes et les cancers. Ils sont la principale cible du VIH, qui s’en sert pour se répliquer. Sans traitement, il finit par les détruire, provoquant le déficit immunitaire et le sida. Certains CD4, dits “réservoirs”, gardent l’ADN du VIH en eux. Un réservoir qui est comme une forteresse où le VIH est dormant et à l’abri, et qui empêche de se débarrasser totalement du VIH avec les traitements actuels. Les CD4 se comptent en nombre par mm3 de sang. Exemple : 500 CD4/mm3.

CD8 ou T8
Les lymphocytes T8 (aussi appelés CD8) sont des cellules immunitaires (participant à la défense de l’organisme). Leur rôle est de détruire les cellules infectées notamment par de virus). Les T8 ne sont pas attaqués part le VIH, mais, pour bien fonctionner, ils ont besoin des T4.

CDAG   
CENTRE DE DEPISTAGE ANONYME ET GRATUIT.
Centre où il est possible  d’effectuer un test de dépistage de l’infection par le VIH gratuitement et sans avoir à donner son nom. La prescription du test et l’annonce des résultats quelques jours plus tard sont effectuées par un médecin, dans le cadre d’une consultation. (voir aussi CIDAG)


CHARGE VIRALE
La charge virale est la mesure du nombre de copies d’un virus (VIH, VHC, VHB...) dans le sang. Dans le cas du VIH, elle est exprimée en copies (cp) par millilitre de sang, parfois sous forme d’échelle logarithmique (2 log = 100 copies ; 3 log = 1000 copies). Si la charge virale est indétectable (inférieure à 50 cp/ml, voire 40 ou 20 cp/ml selon les labos) le traitement anti-VIH est efficace; dans ce cas, le risque de transmettre est généralement infime. Dans le cas des hépatites B et C, la mesure de la charge virale est exprimée en UI/ml (une UI ~ 5 cp/ml) ou en log. Les traitements du VHB visent à rendre la CV indétectable, mais la guérison sous traitement est exceptionnelle. Avec le VHC, une charge virale restant indétectable 3 mois après la fin du traitement signe la guérison de l’infection, qui ne protège pas d’une possible nouvelle contamination.

CHRS   
CENTRE D’HEBERGEMENT ET DE RÉINSERTION SOCIALE. (Cf. Guide diffusé par les éditions ASH et la Fédération Nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale/ FNARS).
Centre destiné à l’accueil des personnes n’ayant pas de domicile fixe.

CIDF
CENTRE D’INFORMATION SUR LE DROIT DES FEMMES
Les CIDF sont un lieu ressource pour avoir une information sur ces droits (insertion, maternité et droit du travail, protection sociale, violences conjugales, droit de la famille). 119 centres départementaux et 975 antennes locales peuvent vous apporter soutien et  accompagnement. Ils mettent à disposition une série de brochures d'information et éditent plusieurs guides pratiques.
Centre National d'Information sur les Droits des Femmes (CNIDF)

CISS
COLLECTIF INTERASSOCIATIF SUR LA SANTÉ
Association nationale des associations de santé
http://leciss.org

CMU
COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

CMV
CYTOMÉGALOVIRUS
Chez les personnes dont l’immunité (le système de défense du corps) est très affaiblie, le CMV peut provoquer l’atteinte de différents organes (œil, tube digestif, etc.). Lors de l’infection par le VIH, les risques d’atteinte à CMV existent surtout en dessous de 50 T4/mm3. Cependant, un examen régulier des yeux (fond d’œil) est nécessaire en dessous de 100 T4/mm3.

CNS   
CONSEIL NATIONAL DU SIDA
Il est composé de 24 personnalités des mondes religieux, philosophique et scientifique. Il a pour mission de donner son avis sur l’ensemble des problèmes posés à la société par l’infection à VIH.
www.cns.sante.fr

COCQ SIDA
Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida
www.cocqsida.com

 

Co-infection
C’est le fait pour une personne d’être porteuse de plusieurs virus : par exemple, le VIH et une hépatite virale (voire plusieurs). C’est une situation particulière : l’évolution de chacune des infections peut être modifiée par la présence de l’autre. C’est pourquoi beaucoup de personnes co-infectées estiment que la co-infection ne doit pas être considérée comme “ la simple addition ” de deux maladies, mais bien comme une maladie à part entière nécessitant un suivi spécifique adapté.

COREVIH

COordination RÉgionale de lutte contre l’infection à VIH. Les Corevih sont 

des instances de coordination de lutte contre le sida à l’échelle des régions (soins, prévention et prise en charge extra-hospitalière). Depuis 2006, ils remplacent les CISIH, avec une fonction élargie, et une composition de leurs membres plus diversifiée incluant notamment des représentants d’associations de malades et d’usagers du système de santé.

 
CRIPS
CENTRE RÉGIONAL D’INFORMATION ET DE PRÉVENTION DU SIDA.
Centre de documentations grand public. Certains font également des actions de prévention.
http://www.lecrips.net/

CSST
CENTRE SPECIALISÉ DE SOINS AUX TOXICOMANES.
Les CSST assurent l’accueil, l’orientation, le suivi médical et psycho-social des personnes confrontées à la dépendance (certains relèvent du secteur public, d’autres sont gérés par des associations). Ils fonctionnent selon plusieurs modes : en hébergement transitoire, en hébergement collectif de plus longue durée et sont également implantés en milieu pénitentiaire.

indicateur haut de page

D

 

DESIR D'ENFANT
Faire un enfant quand on est séropo au VIH, c’est possible. Les traitements actuels élargissent les perspectives d’avenir et l’arrivée d’un enfant peut s’envisager sereinement. Grâce au traitement, il est possible de faire des enfants “ sous la couette ” (ou “ sur la machine à laver ”), naturellement, comme tous les autres couples, en bénéficiant de conseils médicaux pour une sécurité optimale. La procréation médicalement assistée (PMA) est destinée aux couples ayant un problème de fertilité. Avec un bon suivi médical, on maîtrise très bien la non transmission de la mère à l’enfant pendant la grossesse et l’accouchement.
 

 

DGS
DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ
http://www.sante.gouv.fr/direction-generale-de-la-sante-dgs.html

DOS
Déclaration obligatoire de séropositivité
Dispositif mis en place en 2003 par l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) et destiné à comptabiliser les nouveaux diagnostics d'infection à VIH.

indicateur haut de page

E
ECS
ENSEMBLE CONTRE LE SIDA
Association qui gère et distribue des fonds collectés au profit d’associations de lutte contre le sida.
www.sidaction.org

ELISA
Technique utilisée pour le test de dépistage du VIH (Elisa détecte les anticorps produits par l’organisme pour lutter contre le sida).


ELSA
ENSEMBLE, LUTTONS CONTRE LE SIDA EN AFRIQUE
Plate-forme associative créée sur l’initiative de 5 associations : Comment Dire Innovations Sociales, CRIPS IDF, Ensemble Contre le sida, Solidarité Sida et AIDES. La plate-forme est un cadre partenarial pour le Développement et la Coordination d’Actions, de Soutien et d’Échanges en direction d’associations de prise en charge de personnes touchées par le sida en Afrique
http://www.plateforme-elsa.org/

ESSAI
Un essai thérapeutique consiste à étudier un traitement (généralement, on compare un nouveau traitement à un traitement mieux connu). Les essais sont soumis à des lois strictes et les personnes qui y participent ont des droits précis. Elles doivent, auparavant, être informées, par oral et par écrit, sur le but, le déroulement, les risques de l’essai. Elles peuvent accepter ou refuser. Si elles acceptent, elles peuvent quand elles le veulent sortir de l’essai : elles bénéficient alors d’un suivi médical classique.

indicateur haut de page

F
FÉMIDON
Préservatif féminin en polyuréthane, à usage unique, conçu spécialement pour s’adapter aux parois du vagin. Outil de contraception efficace qui participe à la prévention des maladies sexuellement transmissibles, et notamment du VIH.

FIV
FORMATION INITIALE DES VOLONTAIRES

indicateur haut de page

G
GÉNOTYPE
Ce mot a plusieurs sens. Au cours de l’infection par le VIH, il désigne souvent les tests de résistance.

indicateur haut de page

H
HAD
HOSPITALISATION A DOMICILE

HEPATITES INFO SERVICE   
Association de lutte contre les hépatites
www.hepatites-info-service.org


HIV
HUMAN IMMUNODEFICIENCY VIRUS. Voir V.I.H.

indicateur haut de page

I
IMMUNITÉ (ou système immunitaire)
Système de défense de l’organisme conte les infections. Il se compose principalement de cellules appelées globules blancs (notamment les lymphocytes T4, T8, B).

IMMUNODEFICIENCE
L’infection à VIH aboutit à un état d’immunodéficience.

INCIDENCE
Fréquence des cas nouveaux. Nombre de cas de malades, de maladies, de signe ou de tout autre paramètre apparus dans une période donnée dans une population définie.

 

INDETECTABLE (CHARGE VIRALE)

Objectif premier du traitement anti-VIH. On dit qu’une personne a une charge virale indétectable lorsque, grâce aux traitements, le virus est en trop faible quantité dans le sang et qu’on n’arrive plus à le détecter lors des bilans. Cela permet de garder une meilleure santé puisque l’évolution de la maladie est contrôlée. On n’a encore jamais observé de transmission du VIH à partir d’une personne ayant une charge virale indétectable.

INPES
INSTITUT NATIONAL DE PRÉVENTION ET D’ÉDUCATION POUR LA SANTÉ
www.inpes.sante.fr

InVS
INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE
www.invs.sante.fr

IST   
INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES
Telles que la gonococcie (ou blennoragie ou chaude pisse), la syphilis, les infections génitales à chlamydia et à mycoplasme, l’herpès, certains condylomes (verrues). Elles sont un élément facilitant de la contamination par le VIH.

indicateur haut de page

K
KIT (de prévention)
Trousse de prévention destinée aux usagers de drogues qui pratiquent l’injection par voie intraveineuse, contenant une seringue, une ampoule d’eau distillée, un tampon alcoolisé, un tampon sec, un récipient de dilution et de chauffe, un filtre, un préservatif et des messages de prévention. Les subventions de I‘Etat permettent à cette trousse d’être vendue à un prix modéré en pharmacie.

indicateur haut de page

L
LYMPHOCYTES
Les lymphocytes sont des globules blancs, des cellules du corps qui participent à l’immunité (la défense contre les infections). Il existent des lymphocytes T (T4, T8) et des lymphocytes B (qui fabriquent des anticorps des protéines destinés à combattre les microbes, virus, bactéries,etc.).

indicateur haut de page

M

MICROBICIDES
Les microbicides sont des produits destinés à détruire les microbes. Les scientifiques s’efforcent actuellement de trouver des microbicides qui, appliqués dans le vagin ou dans l’anus, empêcheraient la contamination par le VIH.

MILDT
MISSION INTERMINISTERIELLE DE LUTTE CONTRE LA DROGUE ET LA TOXICOMANIE,
www.drogues.gouv.fr
         
MST
MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES
Voir IST

indicateur haut de page

N
NFS
NUMERATION ET FORMULE SANGUINE
Cet examen du sang consiste à compter les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes, le taux d’hémoglobine, ainsi que les différentes variétés de globules blancs.

indicateur haut de page

O
OBSERVANCE
Avec ses avatars comme régularité, compliance, adhérence, adhésion, c’est prendre les médicaments tels que prescrits par le soignant (régularité des prises, avec ou sans repas...). Quelque chose de peu naturel, surtout au long cours. De fluctuant aussi, en fonction des aléas de la vie. on ne “naît” pas observant ou inobservant. L’observance se soutient: consultations d’observance, éducation thérapeutique du patient, actions associatives d’accompagnement.

OEDT
OBSERVATOIRE EUROPEEN DES DROGUES ET DES TOXICOMANIES
http://www.emcdda.europa.eu/html.cfm/index373FR.html

OFDT
OBSERVATOIRE FRANÇAIS DES DROGUES ET DES TOXICOMANIES
www.ofdt.fr

OMS   
ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ
Institution spécialisée des Nations unies ayant pour objectif d’amener tous les peuples à un niveau de santé le plus élevé possible.

ONUSIDA
Programme commun des Nations unies sur le sida ; structure chargée de coordonner l’activité sida de sept organismes de l’ONU : Unicef, OMS, Unesco, PNUD, FNUAP, Banque mondiale et PNUCID (Programme des Nations unies pour le contrôle international des drogues). L’ONUSIDA est basé à Genève depuis janvier 1996. Il a pour mission de regrouper un certain nombre d’informations politiques, techniques et stratégiques, de veiller à ce que les pays, qui en ont besoin, bénéficient du soutien de ces organismes dans leur lutte contre le VIH/SIDA.
www.unaids.org

indicateur haut de page

P

PCR   
POLYMERASE CHAIN REACTION
C’est une des techniques utilisées pour mesurer la charge virale.

PES
PROGRAMME D’ÉCHANGE DE SERINGUES

PH
PERMANENCE HOSPITALIÈRE
Permanence des volontaires de AIDES à l’hôpital.

PRÉSERVATIF ou PRESO ou CAPOTE
Le préservatif, la “capote”, est une gaine de latex qui recouvre le pénis en érection. Celui-ci représente un contraceptif idéal. De plus, il protège du sida et des IST (Infections Sexuellement Transmissibles).
Il existe des préservatifs pour tous les goûts : de toutes les tailles, de toutes les couleurs, de tous les parfums, de toutes les formes... Avec ou sans réservoir, lubrifiés ou non, optez pour un modèle extra-fin (pour augmenter la sensibilité de l’homme) ou un modèle à texture gravée (pour accroître le plaisir de la femme). Depuis quelques années, il existe également le préservatif féminin (Femidom ou Présinette).

PREVALENCE
Nombre de cas d'une maladie au sein d'une population donnée, à un moment donné.

PRIMO-INFECTION

Dans les semaines qui suivent la contamination, le virus se multiplie et augmente rapidement dans l’organisme, tandis que les CD4 baissent. Le risque de transmission est alors très élevé (car la charge virale est souvent de plusieurs millions de copies par ml de sang) alors même que bien souvent on ne connaît pas encore son statut. La primo-infection peut être accompagnée de symptômes proches de la grippe (fièvre, douleurs musculaires, courbatures, ganglions sensibles...), qui disparaissent spontanément. Mais elle passe souvent inaperçue.

 

PROTOCOLE
Le protocole d’un essai est un document écrit qui en présente les méthodes et le déroulement. Le mot « protocole » est parfois employé à la place de celui d’essai.

indicateur haut de page

R
RDR
RÉDUCTION DES RISQUES

RemAIDES
Revue trimestrielle éditée par AIDES, d’informations médicales, sociales, juridiques et de témoignages sur le sida, diffusée gratuitement par abonnement à quiconque en fait la demande

RMI
REVENU MINIMUM D’INSERTION
Allocation versée par la Caisse d’Allocations Familiales ou la MSA (Mutualité sociale agricole) et destinée aux personnes dénuées de ressources qui souscrivent un contrat d’insertion. Il ouvre aussi l’accès à l’assurance maladie.

RQTH
RECONNAISSANE DE LA QUALITÉ DE TRAVAILLEUR HANDICAPÉ
Sur décision de la MDPH, ce statut permet de bénéficier des avantages de la loi du 10 juillet 1987 (obligation d’emploi des travailleurs handicapés) et notamment d’aides en termes d’orientation professionnelle, de reclassement et de formation (ANPE, réseau Cap Emploi, Agefiph, AFPA,…).

RVH   
RÉSEAUX VILLE-HOPITAL
Structures créées en 1991 afin d’instaurer une meilleure coordination de la prise en charge médicale et sociale des personnes atteintes par le VIH.

indicateur haut de page

S
SERODIFFERENT
Couples dans lesquels un seul des partenaires est séropositif.

SEROLOGIE
Analyse du sérum (un composant du sang) pour savoir s’il comporte des anticorps dirigés contre un microbe (par exemple, contre le VIH, l’hépatite V, l’hépatite B, la toxoplasmose,etc.). Une sérologie sera dite positive s’il y a présence d’anticorps.

SERONÉGATIF
Une personne est séronégative lorsqu’elle n’est pas porteuse du VIH.

SÉROPOSITIF
Une personne est séropositive quand elle a des anticorps contre un agent infectieux précis (toxoplasmose, rubéole, CMV, VIH, virus de l’hépatite B, virus de l’hépatite C, etc.). Dans le domaine de la lutte contre le sida, séropositif signifie que la personne est contaminée par le VIH.

SHOOT
Injection intraveineuse. Ce mot est utilisé par les usagers de drogues.


SIDA
Syndrome d’Immunodéficience Acquise. En anglais, AIDS.

SIDA INFO SERVICE   
Association de lutte contre le sida
www.sida-info-service.org

SAFE SEX OU SEXE SANS RISQUE
Pratiques sexuelles qui éliminent tout risque de contamination par le VIH.

SAFER SEX OU SEXE A MOINDRE RISQUES
Pratiques sexuelles qui réduisent le risque de contamination par le VIH.

SOL EN SI
SOLIDARITE ENFANTS SIDA
Tél : 04 91 92 86 66       
http://www.solensi.org/


SOLIDARITE SIDA
Association de lutte contre le sida
Association qui gère et distribue des fonds collectés au profit d’associations de lutte contre le sida.
www.solidarite-sida.org

S.S.I.A.D.
SERVICES DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE
Structure destinée à organiser, coordonner et dispenser des soins infirmiers à domicile.

STADE SIDA
Forme tardive de l'infection par le VIH, lorsque le système immunitaire de l'organisme est trop affaibli (destruction massive de lymphocytes T4) et défaillant pour lutter contre toutes les autres agressions. On observe alors l'apparition d'infections dites opportunistes liées au sida (infections fongiques, virales, parasitaires, encéphalopathies, voire certains cancers classant sida).

 
SYMPTÔME
Un symptôme, c’est un signe (généralement apparent) d’un problème de santé. Par exemple, la fièvre est un symptôme (qui peut avoir de très nombreuses causes). On peut être atteint d’une maladie sans avoir de symptôme (infection à VIH, hépatites virales, par exemple) : pour diagnostiquer la maladie, il faut alors effectuer un test de dépistage.

SYNDROME
Un syndrome, c’est un ensemble de perturbations, de problèmes de santé dus à une maladie. Cependant, ces perturbations ne sont pas toujours les mêmes d’une personne à l’autre. Ainsi, le sida est un syndrome : il est toujours dû au VIH, mais les personnes malades du sida n’ont pas toutes les mêmes problèmes de santé, les mêmes symptômes.

indicateur haut de page

T

 

TASP

Derrière ce sigle (treatment as prevention, traitement comme prévention) se cache une des grandes révolutions de la lutte contre le VIH. Lorsqu’on a une CV indétectable, le risque de transmettre le VIH est quasi nul, et on estime désormais que le TASP est un outil préventif aussi efficace que la capote. Ne plus s’interdire de tomber amoureux, libérer sa sexualité, ne plus craindre que la capote craque, faire un enfant comme les autres : ça change tout. Mais attention, le TASP ne protège pas des autres IST ni des hépatites.

T4
Voir CD4.

T8
Voir CD8.

TEST DE DÉPISTAGE DES ANTICORPS ANTI-VIH
Analyse de sang qui permet de déceler la présence ou l’absence d’anticorps anti-VIH.

TRAITEMENT D’URGENCE
Une personne séronégative peut être exposée à un risque de contamination par le VIH : rapport sexuel non protégé ou rupture de préservatif, partage de matériel d’injection, blessure lors d’un soin à une personne séronégative, etc. Cette personne peut alors, dans les heures qui suivent le risque (au plus tard dans les 48 heures) consulter un médecin (service VIH, urgences, centre de dépistage) pour envisager un traitement d’urgence : c’est un traitement anti-VIH qu’elle prendra pendant 4 semaines et qui réduit le risque d’être contaminé par le VIH. Le terme technique pour désigner le traitement d’urgence est la prophylaxie post-exposition. Pour s’informer, pour en parler, pour être orienté : Sida Info Service : 0800 840 800

TRITHÉRAPIE
Traitement d’une maladie à l’aide de trois médicaments. Dans l’infection par le VIH, le terme trithérapie est souvent employé à la place du mot « traitement ». Cependant, les traitements contre le VIH ne sont pas toujours composés de trois médicaments : à AIDES, on préfère parler de multithérapies ou, simplement de traitements contre le VIH.

TRT-5
Traitement et Recherche Thérapeutique: Groupe inter-associatif qui regroupe des membres d’Actions-Traitements, Act Up Paris, AIDES, Arcat, Sida Info-Service, Sol En Si, Nova Dona et Dessine moi un mouton. TRT-5 défend les intérêts des personnes séropositives dans la recherche médicale et l’accès aux traitements.
www.trt-5.org

indicateur haut de page

U
UD
USAGERS DE DROGUES


UDVI
USAGERS DE DROGUES PAR VOIE INTRAVEINEUSE

indicateur haut de page

V
VHB
VIRUS DE L’HÉPATITE B

VHC
VIRUS DE L’HÉPATITE C


VIH
VIRUS DE L’IMMUNODÉFICIENCE HUMAINE
Il existe deux types de VIH : Le VIH-1 (le plus fréquent) et le VIH-2 (beaucoup plus rare). Ces deux types de VIH peuvent être responsables du sida. En anglais, HIV.

indicateur haut de page

W
WESTERN BLOT
Le test de dépistage du VIH utilise deux méthodes : Elisa, en premier et, si Elisa est positif, Western Blot, pour confirmation. Ces deux tests sont effectués au laboratire, sur le même échantillon de sang (la personne n’a pas besoin de donner du sang une deuxième fois).

indicateur haut de page

Espace donateur