La Prep c'est quoi ?

Prévention combinée

Sommaire

La PrEP VIH, c’est quoi ?

A qui s’adresse la PrEP ?

La PrEP, comment ça marche ?

Quels effets indésirables ?

Et le préservatif dans tout ça ?

Où trouver de la PrEP ?

La PrEP, combien ça coûte ?

Quel suivi sous PrEP ?

Liens utiles

Bibliographie – ressources

Télécharger le guide PrEP

 

La PrEP VIH, c’est quoi ?

 

« Pré » = avant
« Exposition » = contact avec le VIH
« Prophylaxie » = traitement préventif pour empêcher une infection de se produire

 

La prophylaxie pré-exposition (PrEP) est une nouvelle stratégie de prévention du VIH. 
Son principe est simple : il s’agit de proposer à une personne qui n’a pas le VIH, qui n’utilise pas systématiquement le préservatif lors de ses rapports sexuels et qui est à haut risque de contracter le VIH, un médicament actif contre ce virus afin de réduire voire d’empêcher le risque de le contracter.

Ce principe n’est pas nouveau : la PrEP protège du VIH comme certains médicaments protègent du paludisme ou comme une pilule contraceptive prévient d’une grossesse non-désirée.

 

Téléchargez le guide PrEP complet

PrEP ≠ TPE (traitement post-exposition)

Il ne faut pas confondre la PrEP avec le traitement d’urgence (dit « traitement post-exposition » ou « TPE ») qui dure un mois et qui doit être pris au plus tard dans les 48h après un risque. Le TPE est un peu comme la « pilule du lendemain » contre le VIH.

 

La PrEP protège du VIH mais pas des IST

Il est important de noter que la PrEP, comme le TPE, ne protège que du VIH, pas d’autres infections sexuellement transmissibles (gonorrhée, condylomes, chlamydia, hépatites A/C, syphilis, etc.), ni ne prévient une grossesse non désirée.

Lorsqu’on prend la PrEP il est donc important de faire un dépistage régulier des IST et de bien maîtriser sa contraception.

 

PrEP, Truvada® : quelle différence ?

Le Truvada® est le seul médicament aujourd’hui disponible pour la PrEP. C’est un traitement antirétroviral qui combine deux molécules anti-VIH : l’emtricitabine et le ténofovir disoproxil fumarate.

Il est utilisé depuis une dizaine d’années avec efficacité sur des personnes vivant avec le VIH et avec une très bonne tolérance globale.

Plusieurs études solides ont montré qu’il était également efficace pour empêcher une contamination par le VIH. Voilà pourquoi, après avoir consultés plusieurs instances, la ministre de la Santé a autorisé l’utilisation du Truvada en PrEP par un arrêté publié au journal officiel le 31 décembre 2015.

À l’heure actuelle, le Truvada® est le seul et unique médicament qui a une efficacité démontrée pour un usage en PrEP.

Les recherches se poursuivent afin d’identifier d’autres médicaments aussi efficaces que le Truvada° pour la PrEP, et aussi d’autres modes de délivrance (gel, injections, implants etc…). 

Retour au sommaire

 

A qui s’adresse la PrEP ?

La PrEP est actuellement indiquée pour toutes les personnes de plus de 18 ans qui n’utilisent pas systématiquement le préservatif lors de leurs rapports sexuels et qui sont à haut risque de contracter le VIH, en particulier :

 

  • Les hommes gays et les personnes trans qui ont des relations sexuelles avec des hommes +  au moins un des critères suivants :
> rapports sexuels anaux sans préservatif avec au moins 2 partenaires sexuels différents dans les 6 derniers mois ;
> épisodes d’IST dans les 12 derniers mois ;
> plusieurs recours au TPE dans les 12 derniers mois ;
> usage de drogues lors des rapports sexuels.

 

  • Mais aussi, au cas par cas, d’autres publics en situation de vulnérabilité par rapport au VIH, notamment :
> les travailleur-se-s du sexe ;
> les personnes originaires de région à forte prévalence (Afrique subsaharienne, Guyane, …) et leurs partenaires ;
> les usagers de drogues par voie intraveineuse ;
> les personnes ayant des partenaires sexuels multiples ;
> etc.

 

Et pour les couples séro-différents ?

La PrEP n’est pas recommandée pour le-la partenaire séronégative, sauf exception. En effet les experts VIH (rapport Morlat) estiment que le traitement du-de la partenaire séropositive est suffisant pour empêcher une contamination. Attention, pour cela le traitement doit être pris correctement (bonne observance) et la charge virale doit être indétectable depuis plusieurs mois/années. Cette stratégie qui a fait ses preuves depuis de nombreuses années est appelée le TasP (Treatment as Prevention = traitement comme outil de prévention).

 

Dans tous les cas, il importe au médecin, après avoir analysé avec vous votre risque d’acquisition du VIH, de décider de prescrire ou non de la PrEP.

 

Retour au sommaire

 

La PrEP, comment ça marche ?

 

Lorsqu’on est sous PrEP, les antirétroviraux présents dans l’organisme empêchent le VIH d’infecter les cellules de l’organisme en bloquant sa réplication à un stade très précoce de pénétration dans la cellule cible. Ainsi, en cas d’exposition, ils réduisent le risque de contamination.

 

La PrEP ça marche bien si on la prend bien !

Toutes les études montrent que plus la personne est assidue à son traitement, plus grande est l'efficacité de la PrEP pour prévenir d’une contamination par le VIH.

 

Dans les essais Proud et ANRS-Ipergay, la réduction du risque de contracter le VIH observée était de 86 %. Ce résultat prend aussi en compte les personnes qui ne prenaient pas ou pas correctement leurs comprimés. Il est donc normal de voir des contaminations se produire et faire baisser le niveau global de réduction du risque. Les essais montrent que quand le médicament est bien pris selon le schéma indiqué par le protocole de recherche, le risque de contamination par le VIH est très faible, et l’efficacité de la PrEP est très voisine de celle du préservatif.

 

Dans l’essai ANRS-Ipergay par exemple, les seules personnes contaminées à ce jour sous Truvada, ont été des personnes qui ne prenaient pas la PrEP.

 

Plusieurs observations ont montré que la délivrance de PrEP en « vraie vie » avait des résultats cohérents avec ceux des essais.

 

Les schémas de prise :

 

1)       PrEP en « prise continue », à savoir un comprimé par jour

Plusieurs recherches ont montré l’efficacité de ce schéma de prise : l’étude américaine iPrEX OLE a suggéré une efficacité estimée de 86 % à 99,9 % lorsqu’on analyse les hommes qui prenaient la PrEP avec assiduité (de quatre à sept prises de Truvada® par semaine), un bon résultat confirmé par l’étude britannique Proud : 86 % de réduction globale du risque d’infection.

 

Le comprimé peut être pris avec ou sans repas. Il est recommandé de le prendre à la même heure chaque jour afin d’établir une routine.

 

-          Chez les personnes exposées au risque de contamination dans le cadre de rapports anaux il est recommandé de considérer que l’activité protectrice optimale est obtenue après 7 jours de prise quotidienne.

-          Chez les personnes exposées au risque de contamination dans le cadre de rapports vaginaux, compte tenu du manque de données, de la diffusion plus lente des antirétroviraux et de la moindre concentration du tenofovir dans les tissus vaginaux, il est recommandé par les experts VIH (Rapport Morlat), par principe de précaution, de considérer que la protection optimale est obtenue après 21 jours de prise quotidienne. C’est pour cette raison que seul le schéma de prise continue doit être envisagé pour les femmes, et cette recommandation devrait être suivie de la même manière pour toutes les personnes trans ayant des rapports vaginaux.

 

2)       PrEP « à la demande ».

Chez les hommes gays et chez les personnes trans n’ayant pas de rapports vaginaux, le schéma de prise « à la demande » peut aussi être envisagé car il a été testé par l’essai ANRS-Ipergay avec un taux d’efficacité de 86%, qui, rappelons-le, prend en compte les personnes infectées par le VIH alors qu’elles ne prenaient pas le traitement qui leur était proposé.

 

Ce schéma nécessite d’anticiper ses rapports sexuels quelques heures à l’avance. L’avantage de ce schéma est qu’il permet d’arrêter de prendre des comprimés dans les périodes de moindre activité sexuelle ou de rapports protégés par un préservatif.

Pour couvrir un seul risque, il faut trois prises, ce qui équivaut à quatre comprimés :

Première prise : deux comprimés de Truvada© en même temps à prendre entre 2h et 24h avant le rapport sexuel
Deuxième prise : un comprimé de Truvada© à prendre environ 24h (à plus ou moins 2h près) après la première prise
Troisième prise : un comprimé de Truvada© à prendre environ 24h (+/- 2h) après la seconde pris

 

Dans la version définitive de la brochure, les schémas seront redessinés par la graphiste sans le logo Ipergay.

> Si vous avez d'autres rapports sexuels, continuez à prendre un Truvada© par jour (même heure, à 2h près), et n'oubliez pas qu'il faut toujours deux prises, espacées de 24h après le dernier rapport sexuel à risque. C’est ainsi qu’une personne ayant des prises de risques régulières passera, de fait et pendant quelques jours, dans un schéma de prise continue.

> Si votre dernière séquence de PrEP s’est terminée il y a six jours ou moins, débutez votre nouvelle séquence de PrEP avec 1 seul comprimé afin de réduire la toxicité du traitement.

> Si votre dernière séquence de  PrEP s’est terminée il y a sept jours ou plus, débutez votre nouvelle séquence de PrEP avec 2 comprimés.

 

L’efficacité du Truvada® en PrEP est donc maximale si vous respectez le schéma de prise. Une ou plusieurs prises oubliées ou décalées diminueront votre protection contre le VIH. En effet, le médicament doit être suffisamment concentré dans l’organisme pour protéger du VIH.

Par exemple, il a été démontré que prendre des comprimés seulement avant un rapport sexuel, sans prise après le rapport, ne protège pas contre le VIH.

 

Si vous avez des doutes, des questions sur la façon de prendre le Truvada® en PrEP, n’hésitez pas à en parler à votre médecin qui vous suit pour la PrEP ou à votre accompagnateur-trice !

Retour au sommaire

 

Quels effets indésirables ?

La prise de Truvada® pour réduire le risque de contracter le VIH est généralement très bien tolérée. Mais comme la plupart des médicaments, il peut occasionner des effets indésirables.

Il est possible d'éprouver de légères nausées, des diarrhées, des douleurs abdominales, des maux de têtes, dans les premières semaines de traitement. Dans les études, ces effets secondaires ont disparu pour la plupart des personnes après les premières semaines de traitement.

Des effets secondaires plus sérieux, liés à des problèmes de reins et de densité minérale osseuse, sont rares. Certaines personnes peuvent avoir de légères augmentations de la créatinine (un indicateur de la santé du rein). Dans les cas où ils se produisent, ces problèmes de reins régressent une fois le médicament arrêté, mais justifient une surveillance attentive pendant toute la durée du traitement par des contrôles sanguins.

 

En chiffres

> 1 personne sur 10 environ aura des troubles digestifs (nausées, diarrhées douleurs abdominales)

> 1 personne sur 10 environ aura des problèmes rénaux avec élévation de la créatinine (marqueur de la fonction des reins) sans symptômes

> 1 personne sur 100 connaîtra une diminution de la densité minérale osseuse

 

Au cours des essais, ces effets secondaires n’ont pas conduit à l’arrêt de la PrEP dans la plupart des cas.

 

Interactions

Le Truvada® n’a pas d’interaction connue avec l'alcool ou les drogues récréatives, ni avec la plupart des antidépresseurs, les traitements contraceptifs et autres traitements hormonaux. Il n’y a pas non plus d’effets connus sur la libido et la performance sexuelle.

En revanche il est déconseillé d’utiliser, en particulier de façon prolongée, d’autres médicaments toxiques pour les reins comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens (Voltarène, Indocid…)

 

Et sur le long terme ?

Il existe de nombreuses données sur la sécurité à long terme de ce médicament car il est utilisé depuis plus de dix ans dans les trithérapies qui sont prescrites aux personnes vivant avec le VIH. La PrEP étant un nouvel outil de prévention, il n’existe pas encore de telles données pour les personnes séronégatives.

 

Pour toutes ces raisons, il est indispensable d’avoir un suivi médical lorsqu’on prend de la PrEP. Les soignant-e-s sont tout à fait en capacité de s’assurer de la bonne tolérance du Truvada© par des examens biologiques réguliers.

Retour au sommaire

 

Et le préservatif dans tout ça ?

 

Le préservatif est un outil efficace dans la prévention du VIH. Lorsqu'il est utilisé correctement et systématiquement, il est également le seul outil qui protège à la fois contre le VIH, contre certaines IST et qui prévient d’une grossesse non-désirée.

 

La PrEP  n’est pas incompatible avec le préservatif, elle peut même être utilisée en complément, ou en alternance avec celui-ci. En effet la PrEP ne s’adresse pas nécessairement à des personnes qui n’utilisent jamais la capote dans leurs relations sexuelles. Certaines personnes mettent des préservatifs au cours de la plupart de leurs rapports sexuels mais ont ponctuellement des difficultés à l’utiliser. Le PrEP permet aussi à une personne de se protéger quand son partenaire ne veut/peut pas mettre de préservatif. La PrEP, notamment « à la demande », complète ainsi parfaitement l’utilisation du préservatif et vice-versa.

 

Il est souvent rappelé que la PrEP vient s’ajouter à une palette d’outils de prévention parmi lesquels :

  • l’usage de préservatif et de gel lubrifiant ;
  • le dépistage régulier du VIH et des autres IST (et leurs traitements) ;
  • le recours au TPE en cas d’urgence ;
  • le recours au traitement comme outil de prévention (TasP) chez le-la partenaire séropositif-ve : charge virale indétectable depuis plusieurs mois/années = risque quasi nul de transmission au partenaire séronégatif.

 

Choisir d’utiliser la PrEP, tout comme choisir d'utiliser des préservatifs ou d’autres outils, est une décision personnelle. La seule chose qui importe est de trouver la stratégie de prévention qui vous convient le mieux et contribue à votre épanouissement sexuel.

 

Retour au sommaire

 

Où trouver de la PrEP ?

Prescription 

Le Truvada® étant un médicament antirétroviral, seul un médecin expérimenté dans la prise en charge du VIH peut prescrire de la PrEP. En attendant l’autorisation de mise sur le marché (AMM) du Truvada en PrEP, la prescription se fait dans le cadre d’une Recommandation Temporaire d’Utilisation  (RTU).

 

Seuls les médecins appartenant aux structures suivantes ont la possibilité de prescrire du Truvada© en PrEP :

  • aujourd’hui : les services hospitaliers en charge du VIH ;
  • demain :

> les centres gratuits d’information de dépistage et de diagnostic - Cegidd (ex centres de dépistage anonyme et gratuit - CDAG) ;

> certaines associations, réseaux ou centres de santé sexuelle.

 

En revanche il n’est pas possible pour l’instant de se faire prescrire ni renouveler de la PrEP par un médecin généraliste en ville.

 

Des consultations dédiées à la PrEP ont commencé à ouvrir dans ces structures mais ce n’est pas une obligation et certaines ont prévu de le faire plus tard. Voilà pourquoi nous avons préféré répertorier ces informations sur une cartographie en ligne disponible ici :

 

Délivrance :

Avec une ordonnance comportant la mention « prescription sous RTU », il est ensuite possible de récupérer le Truvada® en pharmacie hospitalière ou en pharmacie de ville.

Retour au sommaire

 

La PrEP, combien ça coûte ?

 

Une boîte de Truvada® (30 comprimés) coûte environ 500 €. Il s’agit d’un médicament de marque et il n’existe pas encore de version générique accessible en France à ce jour.

 

A la suite d’un intense plaidoyer associatif et grâce aux résultats concluants et solides de plusieurs essais, la France est le premier pays au monde à mettre à disposition le Truvada® pour un usage de PrEP de façon totalement remboursée par la Sécurité Sociale pour celles et ceux qui y sont affiliées, et ce depuis janvier 2016.

 

Si le médicament en lui-même est intégralement remboursé par la sécurité sociale, il n’en est pas de même pour les consultations médicales et les analyses biologiques associées à la prescription de PrEP : une partie sera prise en charge par la Sécurité Sociale et une autre sera à votre charge ou à celle de votre complémentaire santé.

 

Il est donc important de venir aux consultations PrEP avec votre carte Vitale et votre carte de mutuelle.

 

Les personnes en situation irrégulière peuvent prétendre à l’aide médicale d’Etat (AME) qui prend en charge la PrEP. Rendez-vous au service social de l’hôpital ou dans une permanence d’accès aux soins de santé (PASS).

 

Retour au sommaire

 

Quel suivi sous PrEP ?

La PrEP ce n’est pas uniquement prendre un médicament, cela implique également un suivi médical régulier afin de s’assurer de l’efficacité et de la tolérance au traitement.

 

Avant de commencer la PrEP, une première visite vous sera proposée. Une consultation et des analyses permettront au médecin, et à l’accompagnant, d’évaluer avec vous a si la PrEP est une stratégie adaptée à votre situation et si vous ne présentez pas de contre-indications médicales.

 

Un mois plus tard et tous les trois mois, un suivi régulier permettra de :

  • faire un dépistage régulier du VIH : en effet si vous contractez le VIH, vous devez cesser dès que possible d’utiliser la PrEP afin de réduire le risque de développer des résistances médicamenteuses et de lutter efficacement contre le VIH avec le traitement antirétroviral le plus adapté ;
  • faire un bilan régulier des IST : la PrEP ne prévient pas les autres IST (gonorrhée, condylomes, chlamydia, hépatites A/C, syphilis, etc.). Il est donc recommandé de faire un bilan régulier des IST tous les trois mois au minimum et dès qu’il y a des symptômes. Des vaccinations peuvent également vous être proposées (hépatites A et B) ;
  • faire contrôler la fonction rénale.

 

Si vous avez eu un rapport sans PrEP et sans préservatif, ou dès le moindre doute, vous pouvez toujours demander un traitement d’urgence (sous 48h maximum et idéalement dans les quatre premières heures). Le traitement est disponible dans les services hospitaliers spécialisés VIH en journée ou bien la nuit au service des urgences. Pour savoir où vous rendre vous pouvez téléphoner à Sida-info-service au 0 800 840 800 pour avoir l’adresse du service compétent le plus près de chez vous.

 

L’accompagnement

Certaines consultations PrEP proposent un accompagnement vous permettant de vous familiariser avec ce nouvel outil, de vous aider dans vos démarches, de faciliter le lien avec l’équipe soignante et de répondre à vos questions.

Généralement, il est également mis à votre disposition d’autres outils de prévention : préservatifs, gel, outils de réductions des risques liés à l’usage de drogue, etc.

 

L’échange avec d’autres utilisateur-trice-s de PrEP

Un guide c’est bien, mais rien ne remplace l’échange avec d’autres utilisateur-trice-s de PrEP :

  • Inscrivez-vous au groupe facebook PrEP’Dial. C’est un espace d’information, de témoignages et de discussions pour les usager-e-s de la PrEP, les personnes intéressées par cette nouvelle stratégie de prévention ainsi que celles qui en défendent l’accès. www.facebook.com/groups/prepdial
  • À AIDES, vous trouverez également :
  • une écoute bienveillante et non-jugeante sur vos pratiques sexuelles et vos consommations ;
  • la possibilité de faire régulièrement un test rapide du VIH ou du VHC ;
  • du matériel de prévention gratuit : préservatifs, gel lubrifiant, matériel d’injection, etc. ;
  • Dans certaines villes/régions, AIDES met en place des groupes d’échanges entre utilisateur-trice-s de PrEP.

 

Pour trouver l’antenne de AIDES la plus proche, rendez-vous sur www.aides.org

Retour au sommaire

 

 

Liens utiles :

Groupe Facebook dédié aux utilisateurs, aux personnes désireuses de s'informer : PrEP'Dial         

SERONET       

Vih.org 

Pour les prescripteurs de PrEP : 

 

Retour au sommaire

 

Bibliographie – ressources :

-          Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) : www.ansm.sante.fr

-          Organisation mondiale de la santé (OMS) : www.who.int

-          Conseil national du sida : www.cns.sante.fr

-          Société française de lutte contre le sida : http://www.sfls.aei.fr/

-          Site de l’essai ANRS-Ipergay : http://www.ipergay.fr/

 

Retour au sommaire

Téléchargez le guide PrEP :

A télécharger

Guide PrEP 556.19 Ko