Hépatites virales : c'est quoi ?

Les hépatites virales B et C sont les plus fréquentes. Après une hépatite aigüe qui peut guérir spontanément, elles peuvent devenir chroniques.

 

Les hépatites (inflammation du foie) ont différentes causes.

Alcool, diabète, surpoids, prise de certains médicaments, infection par un ou des virus, voici les causes. Les hépa- tites virales les plus fréquentes sont, dans l’ordre, les hépatites B, C, A, E et D. Les virus B et C provoquent des hépatites aigües qui guérissent parfois sponta- nément, mais qui peuvent devenir chroniques. L’hépatite A guérit spontanément après avoir provoqué une grande fatigue, et ne devient jamais chronique.

L’hépatite aiguë est la période de six mois qui suit la contamination par un ou des virus des hépatites. Il n’y a pas toujours de symptômes au moment de la contamination. Comme il n’y a pas de cellules nerveuses dans le foie, ça ne fait pas mal ! Quand il y a des symptômes (10 à 20 % des cas), c’est souvent une jaunisse, plus rarement des nausées, perte d’appétit, syndrome grippal, douleurs musculaires, selles claires et urines brunes, des plaques rouges qui grattent sur la peau (urticaire), un état de profonde fatigue et un bilan du foie altéré (mesuré par prise de sang). Si vous pensez avoir une hépatite aiguë, consultez un médecin. Très rarement (dans 1 % des cas), l’hépatite aiguë peut détruire le foie (hépatite ful- minante) et obliger à une greffe du foie. Selon les cas, le virus peut être éliminé ou bien rester dans le corps.

 

On parle d’hépatite chronique si le virus persiste plus de six mois

Cela peut entraîner des dégâts plus ou moins importants pour le foie. En cas d’hépatite chronique, on a droit au 100 % Sécurité sociale (en parler au médecin). Le virus lui-même (pour l’hépatite C) et le système immunitaire (pour l’hépatite B), en se défendant contre le virus, détruisent les cellules infectées, et le foie devient dur et fibreux. C’est la fibrose, dont la mesure permet d’évaluer le degré de sévérité de l’hépatite (mesuré de F0=pas de fibrose, à F4=cirrhose). Ce processus de cicatrisation réduit la capacité du foie à se régénérer et à assurer ses fonctions. L’évolution varie d’une personne à l’autre et selon les situations (co-infection par le VIH, consommation d’alcool, âge...).

 

On suit aussi les transaminases dans le bilan sanguin (ASAT ou ALAT)

qui, si elles augmentent brutalement, révèlent une destruction accrue des cellules du foie. La charge virale du VHB et du VHC est donnée en unités internationales : 1 UI/ml = 5 copies/ml.

 

Au stade le plus avancé de la fibrose, onparle de cirrhose (F4).

Même si le foie ne remplit plus correctement ses fonctions, on peut vivre longtemps avec une cirrhose, en faisant attention à son hygiène de vie (pas d’alcool, nourriture saine, médicaments peu toxiques pour le foie). Cependant, à ce stade, il y a 2 à 4 % de risque par an de décompenser la cirrhose : le foie n’assure plus ses fonctions, il y a un risque vital (infection, hémorragie par rupture de varices œsophagiennes...) Il y a aussi 3 % de risque par an de faire un cancer (carcinome hépatocellulaire).


Si on a une hépatite, il faut se faire suivre médicalement

Il faut se faire suivre par un spécialiste du foie(hépatologue, gastro-entérologue), un infectiologue, ou un médecin connaissant bien les hépatites virales. Il prescrit un bilan biochimique, sérologique et une charge virale pour faire une évaluation de l’hépatite. Il est important de connaître le degré de fibrose du foie, ce qui permet de déterminer si on a besoin d’un traitement ou juste d’une surveillance.

 

Examens

Les examens de la fibrose sont le Fi- broscan (“échographie” du foie, avec un appareil spécialisé, qui mesure l’élasticité du foie en 10 minutes, et un bilan sanguin particulier qui permet de calculer un score biologique de fibrose (comme le Fibrotest ou le Fibromètre, qui utilisent des marqueurs sanguins pour construire un score du niveau de fibrose). Si les résultats ne sont pas concordants, on fait une biopsie du foie (prélèvement d’un tout petit fragment de foie, généralement en hospitalisation d’une journée). Tous ces tests sont remboursés et validés.

 

A savoir

Ne pas boire, ou le moins possible, d’alcool (bière, vin, apéritif...) : plus de deux verres par jour (pour les femmes) ou trois (pour les hommes) aggravent énormément les dégâts au foie. Pour en parler, être aidé : Écoute alcool, tél. : 0 811 91 30 30 (prix d’un appel local) ou voir avec son médecin pour consulter un addictologue. Les drogues récréatives et le cannabis peuvent aussi accélérer l’évolution de la fibrose hépatique, il faut donc en limiter la consommation !

 

A LIRE AUSSI : NOS DERNIERS ARTICLES SUR L'ACTUALITÉ DE LA LUTTE CONTRE LES HÉPATITES VIRALES

- Hépatites B et C : les nouveaux enjeux

- VIH, hépatite B : le long "Parcours" des migrants

- AERLI, nouveau projet d'accompagnement à l'injection

 

 

 

A LIRE AUSSI : Notre dossier sur les rencontres nationales "Mieux vivre avec le VHC" (octobre 2010)

- Mieux vivre avec le VHC : les rencontres nationales

- Contre le VHC, "ensemble nous allons faire du bruit !"

- Mieux vivre avec le VHC, ça démarre aujourd'hui !

- Mieux vivre avec le VHC : entre urgence et espoirs

- Du théâtre pour "mieux vivre avec le VHC"

 

Espace donateur

A télécharger

 
Guide Vie Positive

Vous pouvez trouver plus d'informations dans le guide Vie Positive réalisé par AIDES (version PDF, page 76) et sur le site communautaire Seronet.
 
 
Vie positive, le nouveau guide réalisé par des militants de AIDES, des personnes vivant avec le VIH et/ou une hépatite B et C, associe savoirs officiels et théoriques et accorde une grande place aux expériences de vie, avec de très nombreux témoignages.
  
 

 

Découvrez notre site internet entièrement consacré au dépistage rapide.  Au menu : des infos pratiques sur le test rapide du VIH à AIDES, des témoignages, les adresses où l’on peut se faire dépister partout en France auprès de nos militants, et plein d’autres choses.