Guyane : le département français le plus touché par le VIH

Guyane

08 Février 2016

L’épidémie de VIH est très active en Guyane au point d’en faire le département français le plus touché. Plus qu’en métropole, la Guyane fait face à d’importants retards : un faible taux de dépistage, des diagnostics établis au stade sida, de nombreux-ses patient-e-s «perdu-e-s de vue», des recours tardifs aux soins et aux traitements.

Les taux de contamination sont très au-dessus de la moyenne nationale (147 contaminations annuelles pour 100  000 habitants en Guyane versus 17 pour 100 000 au niveau national). L’évolutivité de l’épidémie est particulièrement préoccupante puisque fin 2009, elle était proche de 1 500 personnes suivies et atteignait 2 000 un an après. À ce rythme, en 2020 ce serait ainsi 4 000 personnes séropositives au VIH qui seraient suivies en Guyane.

Bien que souvent décrite comme généralisée, l’épidémie semble en fait frapper essentiellement les populations vulnérables avec une extension limitée à la population générale comme c’est le cas dans une grande partie de la région Caraïbes. Ainsi, malgré le manque de données fiables sur les groupes vulnérables, on estime le taux de pré- valence aux environs de 6% chez les travailleuses du sexe, de 1,3% chez les femmes enceintes en population générale.

Aujourd’hui, il est possible d’endiguer l’épidémie de VIH grâce aux traitements antirétroviraux. Certes, ces derniers ne permettent pas de «guérir» du VIH, mais, pris de manière continue, ils diminuent significativement la circulation de virus dans le sang au point de réduire considérablement la charge virale. Ainsi, ces avancées considérables liées aux antirétroviraux supposent une mise sous traitement précoce et un suivi de qualité. Or, 26 % des patient-e-s de Saint-Laurent-du-Maroni sont perdu-e-s de vue : une moitié transitoirement pendant plus d’un an, et l’autre moitié définitivement. La plupart des patient-e-s sont perdu-e-s de vue peu de temps après le diagnostic.

 

Les actions de AIDES en Guyane par celles et ceux qui les réalisent au quotidien :


AIDES Guyane par sebperroy

 

Extrait du Chapitre 3  du Rapport "VIH, hépatites : la face cachée des discriminations"