Recherche et innovation

Les enjeux de santé et les enjeux thérapeutiques pour lesquels AIDES se mobilise sont multiples. Prise en charge globale, accès aux soins, lutte contre les effets indésirables, participation aux enjeux de la recherche, co-construction avec les soignants de programmes d’éducation thérapeutique... À AIDES, la recherche prend une dimension humaine, participative, collective. Elle mobilise les membres de la communauté à qui elle s'adresse (femmes, gays, migrants, usagers de drogues...), à tous les niveaux et à toutes les étapes du projet, et accorde la même valeur aux objectifs des personnes qu'à ceux des chercheurs. C'est une recherche communautaire.

 

LA RECHERCHE DANS LA LIGNE DE MIRE

AIDES est peu connue du grand public pour son action de recherche et d’innovation, et pourtant… la recherche est bel et bien dans sa ligne de MIRE ! C’est pour mieux répondre aux enjeux de santé auxquels sont confrontées les personnes touchées par le VIH et les hépatites que AIDES a créé en 2007 un pôle de recherche baptisé MIRE : Mission, Innovation, Recherche et Expérimentation. Une recherche à dimension humaine, participative et collective, qui mobilise les chercheurs et les personnes séropositives pour trouver des solutions innovantes répondant à leurs besoins et aux nombreux enjeux de prévention de la maladie (dépistage, réduction des risques de transmission etc.).  

 
Pour ce faire, AIDES travaille en partenariat avec des chercheurs, des professionnels de santé (sociologues, psychologues etc.) et tous les spécialistes compétents en matière de lutte contre le sida et les hépatites, en n'oubliant jamais l'objectif premier de la recherche: la prise en compte du point de vue et des recommandations des personnes qui en bénéficieront. Une fois le programme de recherche terminé et les résultats obtenus, AIDES en informe toujours les communautés concernées mais aussi les pouvoirs publics afin qu’ils déploient le projet de façon plus importante pour répondre aux véritables besoins sur le terrain. 
 

La MIRE a trois grands champs d’activité :

- Un champ d’innovation. Ce qui fait la spécificité de la recherche chez AIDES, c’est qu’elle s’assure toujours que les résultats produits sont mis en œuvre sur le terrain auprès des personnes qui en ont besoin, ce qui donne souvent lieu à la mise en place de programmes innovants. L’exemple le plus révolutionnaire est sans aucun doute le programme de dépistage rapide démédicalisé, dont la MIRE est à l’origine et qui a nécessité de nombreuses années de recherche et de pratique expérimentale !
 
- Un champ de communication vers l’extérieur. L’objectif pour AIDES est de partager son expertise en diffusant les résultats de ses recherches. Ainsi, la MIRE participe à différents groupes de recherche de l’ANRS (Agence Nationale de la Recherche sur le Sida), publie des articles scientifiques et communique dans des colloques pour faire connaitre les savoirs et les besoins des personnes confrontées au VIH et/ou aux hépatites.  
 
- Un champ de recherche et de mise en place d’observatoires. 
Les recherches mais aussi les mobilisations sociales naissent de constats argumentés donnant lieu à la mise en place d’observatoires. Par exemple, l’observatoire sur la situation des étrangers malades a conduit à la mobilisation sociale et a servi de support pour revendiquer le rétablissement du droit de séjour pour soin des étrangers malades. 
 
Actuellement, la MIRE travaille sur une vingtaine de projets, qui, tous, contribuent, à court ou moyen terme, à faire avancer la lutte contre le sida et les hépatites et à améliorer les conditions de vie des personnes touchées par la maladie. 
Les projets de recherche et toutes les expérimentations qui en découlent sont majoritairement financés grâce à nos donateurs. Merci à toutes les personnes qui nous soutiennent ! 
 

Com'test

Com'test est le projet qui a mené à la reconnaissance officielle du dépistage communautaire du VIH (voir notre site sur le dépistage rapide par les militants de AIDES) , un test de dépistage à résultat rapide qui peut être pratiqué "hors les murs" par des non-soignants. Ce qui compte ici, c'est l'accueil, l'écoute, le soutien et les conseils. C'est le fait de proposer un échange sans jugement ni morale pour étayer les appréhensions des personnes qui n'osent pas se faire dépister dans les structures médicales et leur permettre d'aborder des questions de sexualité.
 
Mené en partenariat avec l'Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS), le projet Com'test a permis d'évaluer la faisabilité et l'acceptabilité d'une nouvelle offre de dépistage en direction des hommes gays et bisexuels. Grâce à Com'test, et depuis l'arrêté ministériel du 10 novembre 2010, le dépistage communautaire est enfin autorisé à se développer en France. C'est une offre de dépistage moins contraignante, moins angoissante, qui met à profit les compétences des associatifs et priorise la satisfaction des personnes dépistées.
 
 
 
 
Lire aussi : Dépistage communautaire : un outil pour améliorer la santé sexuelle
 
Etude Drag (dépistage rapide auprès des gay ) - Mai 2013 : Restitution des premiers résultats de l'étude DRAG (AIDES, ANRS, ORS Paca, Sestim). Recherche menée dans quatre centres de dépistage anonymes et gratuits (CDAG), à Paris, Nice et Marseille.
 
 

VIH, hépatites et toi

Menée en collaboration avec des équipes de chercheurs en sciences sociales, la grande enquête "VIH, hépatites et toi" permet aux personnes séropositives au VIH, aux hépatites, ou confrontées à ces virus, de faire connaître leurs conditions de vie et d'exprimer leurs besoins pour améliorer ces conditions de vie.
 
Tous les jours, sur le terrain, nos militants constatent que les personnes porteuses du VIH, d'une hépatite, ou confrontées à ces virus, souffrent de difficultés sociales et affectives. Grâce à "VIH, hépatites et toi", ces constats peuvent être chiffrés avec méthodologie et rigueur. Certes, les chiffres sont froids. Mais ils concrétisent la parole des communautés qui font appel, ou qui pourraient un jour, faire appel à AIDES. Ces chiffres représentent des arguments forts. Ils nous permettent de mieux orienter nos actions et d'appuyer nos revendications auprès des pouvoirs publics.
 
 

Le TRT-5

Présente au sein du collectif TRT-5(1) depuis sa création, en 1992, et au sein de hautes instances décisionnelles telles que les COREVIH ("coordindation régionale de lutte contre l'infection à VIH"), AIDES veille à l'accès effectif, précoce et équitable aux traitements antirétroviraux en France.

Les personnes en difficultés thérapeutiques (échappement) et les évènements indésirables dûs au virus et aux traitements figurent parmi les priorités de notre plaidoyer thérapeutique. Identification des problèmes, alerte des pouvoirs publics et des chercheurs, mise en place de solutions rapides et efficaces... AIDES, le TRT-5 et les associations membres de ce collectif favorisent le bon déroulement et la continuité des soins dispensés aux personnes qui vivent avec le VIH/sida. Ils veillent également à la protection des droits humains et aux respects des principes éthiques pendant les essais de nouveaux médicaments et stratégies anti-VIH.

 

(1) Le TRT-5, "Traitements et Recherche Thérapeutique", a été créé par cinq associations de lutte contre le VIH/sida en 1992. Il compte aujourd'hui 9 membres dont AIDES, Actions traitements, Arcat, Act Up, Sida Info Services, Dessine-moi un mouton, Nova Dona et Sol en Si.
Plus d'informations sur : http://www.trt-5.org/

 

Espace donateur